AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (KLAUS) Une aide précieuse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
noble as a marquis
avatar
†LETTRES ÉCRITES : 73
†ENTRÉE A L'HOTEL : 20/03/2017
†IDENTITÉ : Mimi
†MIROIR : Alexandra Breckenridge
†JUMEAU(X) : //
MessageSujet: (KLAUS) Une aide précieuse    Sam 25 Mar - 17:42



❝Quand la petite souris s'enfuit❞
Klaus & Emily


Une vie des plus agréables... cela faisait presque 350 ans que j'étais enfermée dans l'hôtel, et pourtant, rien ne changeait et mon addiction n'en était pas calmée. Je profitais amplement de cette malédiction, qui pour certains portait bien son nom.

Il n'en était rien pour moi, et la vie continuait... dans la mort.

Cet endroit possédait une âme noire, qui nous contaminait tous, de n'importe quelle manière. Ma première victime avait marqué le changement en moi. Une liste qui ne s'arrêtait plus maintenant. Les seuls plaisirs que j'éprouvais envers les humains, étaient la chair et la mort. Si je m'entendais plus ou moins avec les fantômes, il fallait bien avouer que certains êtres humains ici attisaient ma curiosité. C'était le cas de Klaus, qui avait grandi dans les couloirs de l'hôtel.

Ce gamin, devenu jeune homme, me séduisait à sa manière bien particulière: si bien que j'en éprouvais des palpitations à chaque présent qu'il m'offrait. Une bouffée de chaleur, et mes instincts reprenaient le dessus, sous son regard écarquillé. Si il n'était pas encore mort, c'est que Klaus arrivait à me satisfaire d'une façon autre que celles que je connaissais d'habitude. Une complicité particulière autour de la mort. Un lien qui nous complétait et qui nous contentait.

Déambulant en ondulant mes hanches dans les couloirs du premier étage, j'étais prête. Prête à ressentir mes désirs, mes pulsions dévoilés. Prise de frisson à l'approche de cet instant, je poussais une porte du côté gauche, pour m'y engouffrer. Ces chambres que je connaissais parfaitement me rappelaient des souvenirs anciens, des émotions profondes. Ainsi, je me mordillais la lèvre, avant de m'allonger sur le lit, passant une main sur ma poitrine ronde.

La conversation que j'avais eu avec Klaus hier m'avait touché comme mes doigts qui parcouraient ma peau. Un humain, bien vivant m'attendrait aujourd'hui pour mon plus grand plaisir. Le regard sur le plafond, je fermais doucement les yeux, faisant frissonner mon être en continuant mes caresses doucereuses. Le temps n'avait plus d'importance entre les murs de cet hôtel. Chaque jour avait son lot de surprise, et de consolation. Frôlant du bout du doigt le galbe de mon sein, je rêvassais à mes plus douces tentations, et surtout à mes fantasmes les plus malsains.

La porte s'ouvrit finalement, alors que je peinais à rouvrir les yeux. L'excitation s'amplifia, en montant d'un cran. Je me tournais pour me retrouver sur le ventre, légèrement cambrée en observant le jeune Klaus de mes yeux émeraudes. "Klaus... j'ai failli mourir d'ennuis en t'attendant..." disais-je doucement avec un brin d'ironie, alors que mon regard se posait sur la personne qui l'accompagnait. Un léger sourire en coin s'annonçait sur mon visage.



© Pando

_________________

The ma(i)d(ness) Lust
Je suis le mal, l'impur le maître de la luxure, l'avarice et le sexe sont les piliers de ma culture alors sois sur, je serais vraiment dure ms.palmer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
weak as a human
avatar
†LETTRES ÉCRITES : 36
†ENTRÉE A L'HOTEL : 22/03/2017
†IDENTITÉ : @robz
†MIROIR : KJ Apa
† CREDITS : Graph. Obssession
MessageSujet: Re: (KLAUS) Une aide précieuse    Sam 25 Mar - 22:37



❝Quand la petite souris s'enfuit❞
Klaus & Emily
Enfermé dans cet hotel aurait pu paraître atroce, aux yeux de certain. Mais ceux de Klaus sont cachés par un fin voile qui l'empêche de voir la bonté du monde. Il se contre fiche de ce qu'il peut se passer à l'extérieur de ces murs, tant que cela ne touche pas sa petite vie. Le roux fait parti de ces personnes que le mal a enlevé, et il ne s'en plaint pas. Au contraire, il profite de la vie comme il le peut. Utilisant ce qu'il a toujours eu sous la main. Lorsqu'il est arrivé à l'hotel, il n'était pas mauvais. Mais il ne lui a pas fallu longtemps pour s'acclimater à l'endroit. Apprendre à y vivre, s'allier, avec ses habitants étranges. Klaus y a trouvé sa place sans utiliser de gants. Il se fond dans la masse, et a trouvé le seul endroit au monde qu'il peut appeler un foyer. Et au fond, il ne regrette pas que cette salope de droguée l'ai abandonné là.

❝ - Est-ce que tu emmènes souvent des filles, ici ? ❞ La voix de la jeune femme est douce, pourtant, on décèle facilement un accent français qu'elle peine grossièrement à cacher.
❝ - C'est là que j'habite. ❞ Klaus répond un peu froidement, mais il se ravise bien vite en venant s'emparer des lèvres de la jeune femme. ❝ Mais je peux t'emmener ailleurs que dans ma chambre, si tu veux... ❞
❝ - Oh non, c'est parfait. ❞ Elle s'empresse de répondre, un large sourire aux lèvres. Que déjà, elle est en train de défaire les premiers lacets de son corset. Laissant plus d'espace à sa poitrine sous un regard aguicheur de la part de l'homme.

Séductrice, elle cherche l'attention de Klaus en continuant son petit jeu provoquant. Elle n'était pas si entreprenante, avant que les portes de l'ascenseur ne se ferment. Mais lui, ne peut s'empêcher de sourire. Et lorsqu'ils furent arriver à l'étage habituel, il la fit sortir en l'attrapant par ses vêtements. La jeune femme rigole, prend du plaisir voyant tout ça comme un jeu érotique. Ne s'attendant pas à perdre la vie d'ici quelques minutes, quelques heures si la tendre Emily décide de faire durer le plaisir.

Klaus ouvre la porte de la chambre, et son regard entre directement en contact avec le corps de cette rousse, allongée sur le lit. Elle se retourne, se cambre en pliant les jambes en l'air. Sa voix roucoule, et le roux sourit de plus belle en reconnaissant l'excitation qui s'en échappe.

❝ - Désolée Love, ❞ Il sourit, entre, et laissa la jeune femme entrer à sa suite. En te voyant, elle fronce légèrement les sourcils en te voyant-là. ❝ mais j'ai réellement envie de m'amuser... ❞
❝ - Tu peux m'expliquer ? ❞ La nouvelle se retourne, pose un regard interrogateur sur Klaus, croise les bras sur sa poitrine à moitiée dénudée.
❝ - Tu m'as dis qu'un plan à trois te tentait, nan ? ❞ Il sourit, charmeur, tout en refermant la porte. Pour finalement ouvrir un tiroir et en sortir un appareil photo polaroid. ❝ Emily est une déesse, tu vas voir. ❞

La jeune femme, qui devait être brune avant de se décolorer, arbore une poitrine généreuse. Tout comme les formes de ses hanches, mais sa carrure masculine est parfaitement caché derrière un jeu prononcé de féminité. Klaus connaît parfaitement les goûts de sa tendre, ce n'est pas la première fois qu'il lui ramène un présent pour voir un sourire traverser ses lèvres colorées. Rien ne fait monter une telle tension dans son corps, que le regard qu'elle lui jette à l'instant. Imaginant déjà ce qu'elle veut faire de cette tête force qu'il vient tout juste de lui ramener. Une femme qui sait ce qu'elle veut, un brun autoritaire.


© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
noble as a marquis
avatar
†LETTRES ÉCRITES : 73
†ENTRÉE A L'HOTEL : 20/03/2017
†IDENTITÉ : Mimi
†MIROIR : Alexandra Breckenridge
†JUMEAU(X) : //
MessageSujet: Re: (KLAUS) Une aide précieuse    Dim 26 Mar - 0:06



❝Quand la petite souris s'enfuit❞
Klaus & Emily


Mon regard croisait celui de ce cher Klaus, avant de se diriger vers la chair généreuse qu'il venait d'apporter. Typiquement mon genre. Comme à ses habitudes, Klaus savait pleinement me satisfaire, et ce sourire narquois ne quittait pas mes lèvres. Ainsi, alors que la jeune blonde cachait sa chair en questionnant Klaus, je me redressais pour m'avancer vers eux.
Du bout du doigt, je caressais la joue du jeune homme, approchant mes lèvres de son oreille. "Excellent choix..." disais-je, alors que ma langue frôlait légèrement son lobe.

De suite, je portais mon attention sur la jeune blonde, qui semblait coriace et sûre d'elle. Sa peau était aussi blanche que la mienne, et ses formes, appétissantes. Ma bisexualité se transformait rapidement en homosexualité, quand je voyais une si belle perle. Un peu sur la défensive, la jeune femme ne savait quoi répondre, alors que mes mains touchaient sa gorge, pour descendre à la commissure de sa poitrine. La fixant de mon regard perçant, j'enlevais le corset qu'elle gardait contre elle pour enfin dévoiler sa poitrine joliment dessinée et généreuse à souhait. "Ne sois pas timide, je risque de me lasser rapidement" lui disais-je, alors que mes doigts caressaient ses tétons durcis par la situation. "Je ne m'y attendais pas, tu aurais pu me prévenir" dit-elle, en lançant un regard accusateur à Klaus, qui se régalait déjà de la scène. Il avait ce regard que je ne connaissais que trop bien, et qui me signifiait clairement que j'avais carte blanche pour faire ce que je voulais.

Sa présence m'excitait davantage, comme toujours. Le Polaroïd entre les mains, il se préparait déjà au jeu malsain que l'on s'apprêtait à organiser. Je lui lançais un léger regard en coin, avant d'attirer la jeune victime contre moi pour coller son corps au mien. Elle était chaude, et pleine de vie. Si mes envies de chairs étaient réelles, mon corps était glacial. Un rapport de force se confrontait déjà, alors que la jeune blonde passait sa langue le long de ma gorge. Sous ses gestes enjoués, je ne lâchais pas le regard de Klaus.

J'avais l'impression de ressentir la vie de la jeune victime en moi. En la faisant mienne, de la pire des façons, je volais sa joie de vie, son âme. Peut être dans le but de ressentir cette vie en moi?
Peu importait.

J'attrapais la chevelure de la jolie blonde pour la tirer en arrière, dévoilant sa gorge vierge de toute marque. "Très belle pièce..." disais-je à Klaus, avant de la redresser, et de l'attirer contre le lit, la chevelure à la main. Je pouvais entendre son gémissement plaintif, mêlant douleur et plaisir. Quelle idiote. Elle n'était rien, mais au centre du jeu en même temps.

La balançant sans ménagement sur le matelas, je montais à califourchon sur elle, alors que mes lèvres mordillaient les siennes. Un autre gémissement. Le goût du sang affola mon palais, comme un vampire en manque d'hémoglobine. Ma main parcourait sa poitrine, alors que je me redressais me cambrant davantage sur ses hanches. La main en arrière, j'appelais Klaus à se rapprocher pour qu'il puisse profiter, autant que moi, de la situation qui montait rapidement en degré. "Je n'ai jamais... essayé à trois..." dit la jeune blonde, la voix légèrement tremblante d'excitation. Un léger sourire narquois inonde encore une fois mon visage.


© Pando

_________________

The ma(i)d(ness) Lust
Je suis le mal, l'impur le maître de la luxure, l'avarice et le sexe sont les piliers de ma culture alors sois sur, je serais vraiment dure ms.palmer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
weak as a human
avatar
†LETTRES ÉCRITES : 36
†ENTRÉE A L'HOTEL : 22/03/2017
†IDENTITÉ : @robz
†MIROIR : KJ Apa
† CREDITS : Graph. Obssession
MessageSujet: Re: (KLAUS) Une aide précieuse    Lun 27 Mar - 18:56



❝Quand la petite souris s'enfuit❞
Klaus & Emily
Le regard noisette de Klaus s'est baissé, lorsque tu es venue murmurer à son oreille. Un sourire franc s'est glissé sur ses lèvres, fier d'avoir encore une fois fait trembler la corde sensible de la rousse. Le corset tombe à terre, que déjà, la situation était toute dessinée. Il aurait été impossible pour la blonde de s'enfuir ; sa mort est inévitable. Mais tout aurait pu être plus rapide, pourtant, l'amusement n'aurait pas été à son comble. Ces jeux malsains qui vous lient sont certainement les meilleures parties de jambe en l'air que Klaus ait pu connaître. Il ne pourrait jamais s'en lasser, et attend la prochaine séance avec impatience. De la musique se fait alors entendre, de l'étage du dessus. Surement une fête est en train de s'y dérouler, et cela attise un peu plus le sourire du roux.

Il hausse les épaules aux paroles de la victime, comme s'il se contrefichait de ce qu'elle pouvait bien dire. Prévenir n'est pas son genre, il préfère voir la panique s'emparer de ces femmes. Et la voir réagir ainsi lui procure un plaisir qu'il ne peut satisfaire autrement. La première photo fut prise lorsque la blonde se met à lécher ton cou, emprisonnant ce regard torride que tu lui lances. Il récupère le polaroid, le fait sécher d'un geste rapide de la main, et vient le poser sur un meuble à ses côtés. Son regard ne peut cependant pas ce détourner du spectacle qui se joue devant lui, comme hypnotisé par une puissante force.

❝ - Je n'ai jamais... essayé à trois... ❞ Tremblante, sa voix démontre pourtant une excitation naissante.
❝ - Ne t'en fais pas, tout va bien sa passer. ❞

Klaus se veut réconfortant, mais ce n'est pas son but principal. En réalité, ses paroles te sont destinées à toi, bien plus qu'à elle. Il se moque bien de ses appréhensions, car ce qui l'importe n'est que le terminus de ce petit jeu. Il s'était approché du lit en voyant l'appel muet d'Emily, pour venir s'asseoir juste au dessus de la tête de la blonde. Les genoux écartés pour avoir la place de s'installer, il pose l'appareil à ses côtés.

Déviant son regard d'elle, pour la poser sur toi, Klaus glisse sa main sur ta joue. Avant de se pencher au dessus du corps de la blonde, pour t'imposer un baiser langoureux. La froideur de tes lèvres, de ton corps, l'excite bien plus que la chaleur qui se dégage de votre victime. Preuve que la mort est plus attirante à ses yeux, que la vie, et pourtant, il ne délaisserait la sienne pour l'instant. Le goût du sang sur tes lèvres le fait sourire, et lorsqu'il repose son attention sur la blonde dont il ne connait pas même le nom, il se met à sourire.

❝ - On est d'accord... ❞ Accompagnant ses propos, Klaus attrape un oreiller auquel il retire la housse. ❝ tu fais tout ce qu'elle te demande. ❞ Il sourit de nouveau, déchire la housse pour en avoir un morceau fin mais assez long pour en faire ce qu'il souhaite.
❝ - On est d'accord... ❞ Murmure la blonde comme toute réponse.

Sans lui laisser le temps de continuer sa phrase, Klaus vient passer le tissu sur ses lèvres. Il ne l'empêchera pas de crier, et ce n'est pas le but, mais la soumettre à chacun de vos désirs est un plaisir qu'il ne pourra jamais suffisamment contenter. L'expérience est la meilleure des pratiques, et Klaus fait un noeud derrière la tête de la blonde pour maintenir le tissu. Elle retient difficilement un gémissement de douleur, lorsque ses cheveux se mêlent au noeur. Mais peu importe, il sert un peu plus le lien. Un sourire malsain aux lèvres. Le regard vicieux, une étincelle de noirceur en son fond. Un nouveau polaroid sort de l'appareil, après qu'il ait immortalisé son visage enchaîné.


© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: (KLAUS) Une aide précieuse    

Revenir en haut Aller en bas
 
(KLAUS) Une aide précieuse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Utiliser le bestiaire, une aide précieuse !
» Utiliser le bestiaire : Une aide précieuse !
» Topic d'aide et de question GS.
» [Blog] j'ai besoin d'aide pour Brickshelf
» Aide pour les noobs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UNHOLY NIGHT † :: Cheshire's Hat Hotel :: Bloody Baron's Floor-
Sauter vers: