AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les morts, même à l'état de cadavre, sont parfois plus vivants que ceux qui restent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
weak as a human
avatar
†LETTRES ÉCRITES : 16
†ENTRÉE A L'HOTEL : 21/03/2017
†IDENTITÉ : @Noodle
†MIROIR : Xavier Dolan
MessageSujet: Les morts, même à l'état de cadavre, sont parfois plus vivants que ceux qui restent   Mar 21 Mar - 9:59



Peeves "Piz" Ollerton
« Personne ne sait »
surnom Je n'ai jamais vraiment apprécié mon prénom. Il est sorti de je n'sais où, de je n'sais quel contexte absurde. Et pour une raison que j'ignore encore plus, c'est que ce prénom déboucha sur un surnom de trois lettres, qui au départ m’insupportait, et, qui au fil du temps, devint l'appellation que je chérissais le plus au monde. Piz. date et lieu de naissance Je suis né une nuit de fin d'hiver, lorsque les flocons de neiges disparaissent pour devenir le printemps, où les fleurs sortent de leur bourgeon, une nuit étoilé et fraîche, emplie d'un amour passionné entre deux être. Je suis né un quatorze Février loin des côtes américaines, à Paris, en France, la ville de l'amour. J'ai touché Terre en France, sans jamais n'avoir pu louché cependant sur la nationalité française.  Car anglais je suis, et anglais je serai. âge Je foule cette fichue planète depuis maintenant quelques années, je scrute l'année de mes vingt deux ans avec effroi, et espère ne jamais franchir ce cap. Je veux être figé à mes vingt et un an.  origines Je suis un anglais, un vrai de vrai, le genre de gars à l'accent étrangement sophistiqué, bien qu'un vocabulaire plus que lamentable est utilisé. Je ne suis pas quelqu'un d'exotique, et je ne le serais jamais.  statut matrimonial Je suis né seul, j'ai vécu seul, et je mourrais certainement tout seul orientation sexuelle J'aime les courbes féminines, les lèvres roses et la peau douce. métier/études Depuis la fin de mon lycée, je suis étudiant à l'école des Beaux Arts, comme si c'était la seule chose pour laquelle je suis doué, je n'ai pas d'avenir en réalité. La vie d'artiste, c'est de montrer à quel point on est en colère et triste, et de se faire payer une misère pour montrer que le monde va tellement mal qu'on ferait mieux de se flinguer. famille C'est pas comme si le premier essai avait été concluant. Voyant ce qu'enfanter avait donné, mes parents avaient carrément refusé de retenter l'expérience. Le brouillon, qui était moi, serait l'unique exemplaire de la procréation des Ollerton.  arrivée à l'hôtel Je suis arrivé dans cet hôtel il y a moins d'une semaine, juste un peu moins, cinq jours pour être exact. Je ne sais pas très bien ce que je vais y faire, mais à la base, je suis là pour des photographies, pour un cours que je suis. traits de caractère Je suis conscient de l'importance capitale qu'a cette description psychologique. Mais je ne saurai trop quoi dire, ni même juger, de ce qui est vrai ou non sur ce que je peux dire sur moi-même. J'ai toujours été en un flou artistique obscur, un caprice d'artiste dont on pense toujours en saisir le sens sans même l'effleurer de la pulpe du doigt en réalité. Mon esprit divague, il a toujours divagué de manière assez tranquille, comme cet espèce de vent automnale que l'on aime tant, qui fait voltiger les feuilles mortes en une spirale intrigante et belle.  
J'ai toujours été un penseur, un intellectuel au goût amer, celui qui se mur en un silence de plomb, un observateur critique, dont le regard semble juger absolument tout, alors qu'il ne fait que contempler le monde qui l'entoure, et il retient, il retient les détails de la vie qui ne sont rien, et qui pourtant font tout. Je suis l'homme discret qui se tient à la table du fond, dans le coin dans l'ombre dans les bars, et qui attend. Qui attend quoi je n'sais pas, mais qui attend tout d'même, au cas où...
J'observe et j'analyse, j'analyse les comportements des uns et des autres comme si je n'étais qu'une poussière dans le cosmos que personne ne voit. Je suis celui qui s'humecte les lèvres avant de porter sa cigarette à sa bouche sans bruit. Je suis l'intelligence romantique, et le romantique solitaire, baignant en un chaos émotionnel troublant, attendant une rencontre perturbatrice aux courbes harmonieuse et au regard incandescent. Je suis celui qui attend la relation humaine bancale et passionnée d'un instant privilégié. Je suis l'homme aux allures du néant, dont la noirceur n'est visible qu'à ceux qui daignent observer plus loin que l'amas de fumée qui m'entoure et trouble la vision. Colérique insoutenable, parfois jaloux et possessif, je suis une boule de défauts et de qualités innombrables.avatar Xavier Dolan groupe choisi Je ne sais pas trop où situer ce monsieur. Je laisse aux saints @ décider xD

   
le petit questionnaire

DEPUIS QUAND ÊTES VOUS A L'HOTÊL, ET POURQUOI ?
Je suis arrivé il y a cinq jour, au soir, alors que la nuit s'était déjà abattue sur les Terres anglaises et que la pluie s'était mise à légèrement tomber. Je me souviens avoir pénétré dans le hall légèrement trempé, passant ma main dans mes boucles brunes humides, la valise portée à bout de bras. L'hôtel avait une sorte d'ambiance morbide et malsaine qui avait quelque peu alerté mon cerveau sur un possible questionnement, mais je n'en ai pas tenu rigueur. Quelque part, je me suis senti à ma place, allez savoir pourquoi. Pourquoi je suis venu ? Allez savoir ça aussi... pour tout dire, j'ai dit que c'était pour un projet de photographie. Mais qui sait, c'était probablement un mensonge pour cacher la véritable nature de mon arrivée.

AVEZ-VOUS CONNAISSANCE DE CE QU'IL SE PASSE ICI ?
J'ai eu vent des évènements qui se sont produits en ces lieux. Je dois admettre que je suis curieux de voir cela, bien que je n'en ai jamais vu... Mais je sais, c'est l'important.

QUELS SONT VOS PROJETS D'AVENIR ?
Pour tout dire, je n'en ai pas, et vous allez bien savoir pourquoi.


   
Mon petit nom c'est @Noodle

prénom Myu âge 24 pays France d'où connais-tu le forum ? Facebook comment le trouves-tu ? Merveilleuxpersonnage inventé ou scénario ? inventé autre Tâtez mon string

   
Code:
<t>Xavier Dolan</t> † <y>Peeves Ollerton</y>
   
© plumyts 2017

_________________

Now the waves they drag you down Carry you to broken ground  
Though I find you in the sand



Dernière édition par Peeves Ollerton le Mar 21 Mar - 10:50, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
weak as a human
avatar
†LETTRES ÉCRITES : 16
†ENTRÉE A L'HOTEL : 21/03/2017
†IDENTITÉ : @Noodle
†MIROIR : Xavier Dolan
MessageSujet: Re: Les morts, même à l'état de cadavre, sont parfois plus vivants que ceux qui restent   Mar 21 Mar - 9:59

Racontez nous votre histoire

   
« Aujourd'hui je meurs »
Aujourd'hui je meurs. Mes yeux s'ouvrent lentement, tandis que les rayons du soleil me chauffent la peau de manière délicieuse. Je me redresse lentement tandis que l'odeur des oeufs brouillés au bacon me chatouille les narines avec gourmandises. J'ôte ma couette, comme chaque matin depuis des années, et je fourre mes pieds dans les tongs que j'ai acheté cinq livres sur la plage de Dover l'été dernier. Comme chaque matin, je passe ma main dans mes cheveux avant de penser. Aujourd'hui je meurs. Je soupire, frappe mollement mon reflet de la paume de ma main, qui se reflète dans le miroir de la salle de bain. Comme tout les matins, je déambule dans le couloir sombre qui relate ma vie de famille, à travers les photographies éteintes de toute joie, et je m'arrête, toujours au même endroit. A celle qui montre un parc, un gâteau d'anniversaire et un petit garçon malheureux qui fête ses sept ans. Mais il est seul, pour un gâteau faisant trois fois sa tête. Aujourd'hui je meurs. Je m'assois sur une chaise bancale de la cuisine, tandis que ma mère, dont la vieillesse est venue avant l'âge, me sert une assiette que je regarde avec gourmandise, mais sans faim. Je n'ai jamais faim, je n'ai jamais eu faim. Quoi qu'il en soit je plante ma fourchette dans ce plat fait avec plus ou moins de passion, et je croque dedans, une fois, puis deux, mais finalement, tout ça me dégoûte, alors je pousse cette assiette, comme tout les jours, puis je me lève pour retourner dans la salle de bain, me doucher, m'habiller, me brosser les dents. Aujourd'hui je meurs. Dernier jour de cours avant les vacances scolaires, je prend ma planche de dessin et sors de chez moi sans conviction, sans excitation. Je suis déjà mort bien que mon cœur bat encore. Sur le chemin, je pense à mon enfance, solitaire et sordide, j'ai des lambeaux de vies et des déchets de bonheur que j'oublie face à cette solitude qui me ronge, et qui me tiens la jambe depuis ma naissance. Je pense à ce râteau indécent que je me suis reçu lorsque j'étais au collège, mon premier amour, le premier des premiers, qui au final ne m'a apporté que des ennuis et de la déception. Aujourd'hui je meurs. J'entre enfin en classe, et je m'assois dans le fond, pas trop dans le fond, pour montrer que je suis un minimum quelqu'un d'assidu, mais pas trop devant, pour ne pas me faire tabasser par les autres gars, qui me tabassent depuis la primaire et qui se donnent à cœur joie, et ce, depuis toujours, la tâche de me balancer dans une benne pleine de détritus. J'arrête enfin de penser qu'aujourd'hui dans mon esprit je meurs. "Souvenez-vous, vous devez m'apporter une photographie sur l'oubli pour la rentrée. Profitez-en pour voyager, découvrir, et vous surprendre." Je regarde par la fenêtre, le ciel gris anglais qui ne laisse pénétrer que quelques rayons d'un soleil que j'imagine magnifique. L'oubli, un sentiment étrange et indéfinissable. Comment peut-on décrire l'oubli, puisque nous ne nous souvenons pas des choses que l'on a oublier ? Il n'y a que ceux qui pensent encore, qui ressentent l'oubli. Moi, on m'a oublié, je suis comme un fantôme sur cette planète.  Je suis l'oubli. Je me lève, finissant ma journée de cours avec lassitude. C'est toujours la même rengaine, de toute façon. A la cantine je mange des frites et du poisson riche en oméga 3, triples portions de frites, parce que j'aime ça, et que je me fiche d'être en mauvaise santé, et puis, parce que je suis sec, sans jamais grossir, et que de toute façon, personne ne me voit. Je bois un verre d'eau, puis un autre, à demi. Un verre et demi, c'est tout, pas moins, pas plus. Je mange mes frites entièrement, le poisson à trois quart, c'est tout. Je pars, je vais en cours, je rumine. Je pisse à quatorze heures cinquante sept. Toujours. Puis je retourne en cours jusqu'à dix sept heures pour ensuite repartir chez moi. Je fais mes devoirs, je regarde la télé, j'écoute la radio tandis que je prend une douche, brûlante, d'une heure au moins. Je laisse l'eau brûlante épouser les courbes de mon corps avec intensité. Je vois ma peau rougir, par tant de chaleur, et même si elle pourrait me faire souffrir, j'aime cette sensation, c'est la seule qui me prouve que je suis encore vivant. Je dîne, juste un peu, un morceau de pain, tout au plus, un peu d'haricots à la tomate, puis vais me coucher. Et de nouveau je pense. Aujourd'hui, je n'suis pas mort. Et je soupire.

†††

Il semblerait que je me sois endormi dans le train qui me mène à Wicklow Lake. Le paysage défile à toute allure tandis que je l'observe, tentant de deviner les détails de ce monde qui s'échappent de mon champ de vision. Le silence est brisé par le bruit du train qui avance à vitesse grand V. Il n'y a personne dans le wagon. Il n'y a que moi, qui pense, la tête collée à la vitre brouillée par les interrogations de mon esprit. Un sourire se forme sur mon visage, je suis loin de tout, je suis loin de ma vie, et ici, je ne suis personne. Un passager sans histoire que le monde oubliera lorsque de nouveau, je poserais le pied quelque part. Et enfin... Aujourd'hui je meurs. Mais non, aujourd'hui je ne meurs pas, la ville est bien trop intense, et les paysages si particuliers, il me faut quelques jours pour en apprécier chaque courbes et chaque odeur. Je prend des photos, comme l'album de mon ultime voyage. L'album du dernier jours, l'album de la dernière fois. Cela fait cinq jours que je suis ici, et maintenant, alors que je regarde mes anciennes photographies, brouillées en un flou artistique de génie, je souris. Une cigarette à la bouche je me questionne. Assis parterre, les genoux relevés la tête droite, le regard rivé vers le miroir de la salle de bain j'observe mon reflet souriant. Silhouette masculine et fine dans ses vieux vêtements, adossé contre ce lit aux draps de soie rouges, dans cette chambre d'hôtel sombre et glauque, je suis heureux maintenant. Une arme pointée sur la tempe je ferme les yeux avant de les ouvrir à nouveau, parce que je veux voir, je veux voir ce que j'attends depuis tout ce temps. "Aujourd'hui je meurs." Mais alors que je m'apprête à appuyer sur la détente. Une main se pose sur la mienne, et m'en empêche... Elle n'est pas réelle, elle ne le peut... mais elle est là.
PLUMYTS © 2017

_________________

Now the waves they drag you down Carry you to broken ground  
Though I find you in the sand



Dernière édition par Peeves Ollerton le Mar 21 Mar - 11:46, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
weak as a human
avatar
†LETTRES ÉCRITES : 47
†ENTRÉE A L'HOTEL : 20/02/2017
†IDENTITÉ : plumyts.
†MIROIR : evan peters.
† CREDITS : soha
MessageSujet: Re: Les morts, même à l'état de cadavre, sont parfois plus vivants que ceux qui restent   Mar 21 Mar - 10:20

Bienvenue Peeves ! I love you I love you
Bon courage pour ta fiche, n'hésites pas si tu as des questions J'ai hâte d'en savoir plus sur ton perso ! I love you

_________________
above the clouds
milles rêves en moi font de douces brûlures. je te pensais être fait pour moi, mais la vie n'est pas si rose. tu n'as jamais cessé de vouloir d'autres personnes que moi, en plus, mais maintenant nous voilà ici pour l'éternité, je l'espère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thedevilinside.forumactif.com
weak as a human
avatar
†LETTRES ÉCRITES : 16
†ENTRÉE A L'HOTEL : 21/03/2017
†IDENTITÉ : @Noodle
†MIROIR : Xavier Dolan
MessageSujet: Re: Les morts, même à l'état de cadavre, sont parfois plus vivants que ceux qui restent   Mar 21 Mar - 10:24

Merci beaucoup !!!

_________________

Now the waves they drag you down Carry you to broken ground  
Though I find you in the sand

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
useless as a stooge
avatar
†LETTRES ÉCRITES : 103
†ENTRÉE A L'HOTEL : 20/02/2017
†IDENTITÉ : mangue, t'es trop fruity.
†MIROIR : le beau bouclé ; finn jones.
† CREDITS : halcyon days & tumblr.
MessageSujet: Re: Les morts, même à l'état de cadavre, sont parfois plus vivants que ceux qui restent   Mar 21 Mar - 12:43

Tu es des nôtres, enfin !

« FÉLICITATIONS PETIT MEMBRE »
Bienvenuuuue
J'aime beaucoup l'avatar choisit, il est super mignon et correspond très bien à ton petit personnage
En tout cas, personnage très intéressant, je valide !
Je t'ajoute aux SCARED BULLSEYES qui sont le groupe par défaut des petits humains ! I love you
Amuses-toi bien parmi-nous !


Tu es désormais l'un des nôtres, puisque ta validation vient d'être effective. En premier lieu, pense à aller vérifier que ton avatar ainsi que ton nom et ton prénom ont bien été recensés. Si ce n'est pas le cas, tu peux envoyer un mp à l'un des administrateurs qui se chargera de corriger cette erreur. Par la suite, il te faudra aller demander un rôle au sein de l'hotel pour que tu y sois recensé, si tu le souhaites. Une fois fais, tu auras la possibilité d'aller créer ta fiche de liens ainsi que ta fiche de rps .

En tant que membre, tu auras la possibilité de te créer des scénarios ainsi que des pré-liens qui pourront se montrer utiles à l'évolution de ton personnage. N'oublie pas que tu peux aussi t'occuper de tes points par ici, pour être élu membre du mois et gagner de l'expérience. Tu peux aussi passer un peu de temps dans le flood, et bien entendu rp autant que tu le veux ! Bon jeu sur Unholy Night, j'espère que tu te plairas chez nous
PLUMYTS © 2017

_________________
I'm in love with the shape of you, we push and pull like a magnet do. Although my heart is falling too, iI'm in love with your body.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
weak as a human
avatar
†LETTRES ÉCRITES : 16
†ENTRÉE A L'HOTEL : 21/03/2017
†IDENTITÉ : @Noodle
†MIROIR : Xavier Dolan
MessageSujet: Re: Les morts, même à l'état de cadavre, sont parfois plus vivants que ceux qui restent   Mar 21 Mar - 13:06

Merci beaucoup !

_________________

Now the waves they drag you down Carry you to broken ground  
Though I find you in the sand

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Les morts, même à l'état de cadavre, sont parfois plus vivants que ceux qui restent   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les morts, même à l'état de cadavre, sont parfois plus vivants que ceux qui restent
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 2010-11: [LIGUE] Le Monument aux Morts
» Rumeurs : morts inexpliquées dans les royaumes humains.
» Naxx(la)ramas, seul les morts rejoindront leur tombe.
» La terre des morts
» Le livre des morts [récit à lire]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UNHOLY NIGHT † :: Monsters among us :: Learning to know each other :: welcome home, sweety-
Sauter vers: